StyleManger

Rencontre avec le chef Julien Ouellet

C’est dans le cadre enchanteur de L’Auberge Saint-Antoine et de son restaurant Panache que nous accueille le chef Julien Ouellet.

Diplômé de l’École hôtelière de la Capitale en 2006, Julien Ouellet a commencé sa carrière aux côtés du chef Stéphane Modat (actuellement au Fairmont le Château Frontenac) au sein du restaurant Utopie. « C’est Stéphane Modat qui m’a conforté dans le choix de partir vers la gastronomie ». Après deux années à Québec, Julien Ouellet part pour Vancouver où il travaillera pour le West Restaurant : « C’était un des premiers restaurants gastronomiques de Vancouver qui travaillait les produits locaux. J’y ai beaucoup appris en technique et en rigueur ». 


De retour dans sa ville natale en 2010, Julien Ouellet intègre les cuisines du restaurant Laurie Raphaël : « Avec Daniel Vézina, c'était la cuisine mais c'était le Québec avant tout. Je me sers encore de la liste de ses producteurs » nous confie-t-il avec un sourire.

Après un passage par Le Cercle de la garnison (un club privé), Julien Ouellet se joint à la brigade du Panache en tant que sous-chef. Trois ans plus tard, il devient chef exécutif du restaurant, après le départ de Louis Pacquelin.


Une transition en douceur

Voilà six mois que le chef Ouellet a pris la relève du restaurant. En accord avec la nouvelle direction de l'Auberge, il souhaite apporter un souffle nouveau au restaurant, tout en conservant les standards de qualité qu’on lui connaît. « Nous allons évoluer davantage vers une cuisine locavore » nous dit le chef Ouellet.
Le menu du restaurant va changer peu à peu et les produits du Québec seront majoritaires. L’objectif est de faire découvrir les richesses du terroir québécois à la clientèle internationale mais également locale. « L’Auberge Saint-Antoine est un lieu magique qui possède une histoire. Je veux que cette histoire se raconte jusque dans l’assiette » confie-t-il avec les yeux qui pétillent.


Avec un jardin sur place, des fines herbes sur le toit de l'Auberge et une ferme située sur l’Île d’Orléans, il y a fort à parier que le nouveau menu du Panache aura le bon goût des produits d’ici.