Style

Rencontre avec Joris Larigaldie, artiste chef

Restaurant Le Riverain, Auberge Ripplecove

Joris Larigaldie a grandi dans une maison « qui était comme l’auberge espagnole, avec du monde partout, tout le temps ». À la maison, c’était son père qui cuisinait pour tous ceux qui passaient par là, mais c’est sa mère qui tenait un restaurant dans le célèbre quartier de Montmartre à Paris.

Autant dire que la cuisine, Joris est tombé dedans quand il était petit.

 

Le chef voyageur

De commis dans le sud de la France pour un Relais & Châteaux, il devient chef de partie dans les Alpes et passe par plusieurs établissements de prestige en Angleterre. Durant ses vacances, il continue à engranger de l’expérience à travers des stages chez des chefs réputés comme Rasmus Kofoed du restaurant Geranium de Copenhague. Puis en 2014, les portes du Québec s’ouvrent à lui et il décide de sauter le pas. C’est aux côtés du chef Francis Wolf (Jeune Talent Gault & Millau 2017 – 3 toques) qu’il fera ses armes en tant que sous-chef au restaurant Le Hatley du Manoir Hovey dans les Cantons-de-l’Est. « Francis a joué un véritable rôle de mentor pour moi, c’est un des meilleurs cuisiniers avec lesquels j’ai eu l’occasion de travailler ».

 

L’artiste chef

Durant les deux années passées au Manoir Hovey, un événement dont il a été le moteur l’a particulièrement marqué : le récital gastronomique. « C’est un souper durant lequel l’Orchestre Symphonique de Montréal est venu jouer. J’avais préparé des mets qui s’accorderaient avec la musique, une nouvelle expérience sensorielle en sorte.

L’équipe du Manoir Hovey a été incroyable, ils m’ont fait confiance et m’ont poussé à dépasser mes limites ».

 

L’envol

Après deux années passées au Manoir Hovey, Joris Larigaldie sent qu’il est prêt à voler de ses propres ailes. C’est à quelques pas de là, au restaurant Le Riverain de l’Auberge Ripplecove, qu’il devient chef exécutif en août 2016. À peine quelques mois après son arrivée, il régale les dégustateurs Gault & Millau et obtient 2 toques dans l’édition 2017 du guide jaune. « Pour moi, c’est une vraie reconnaissance, ça me donne envie d’aller plus loin, de progresser. On va se donner les moyens d’y arriver; nous travaillons sur de nombreux projets très intéressants en ce moment et 2017 va apporter son lot de surprises ».

À suivre…

 

 Retrouvez notre critique complète du restaurant Le Riverain