MangerBoireCuisiner

Notre top 10 des produits québécois

Le Québec, terre de bouffe et terre de boire, regorge de produits d’exception. On en connaît certains, d’autres moins. En voici dix parmi les plus emblématiques.

Les classiques d'aujourd'hui


On les retrouve dans les foyers aussi bien qu’au menu des restaurants : ces incontournables de la gastronomie québécoise se sont raffinés avec le temps pour révéler toutes leurs saveurs.

01 - LES FROMAGES QUÉBÉCOIS
Ils pourraient à eux seuls cristalliser le renouveau des produits du terroir québécois, tant leur nombre et leur qualité, saluée par de nombreux prix internationaux, ont augmenté depuis les années 1990. Si les fromages fermiers au lait cru sont encore peu présents sur le marché, on dénombre aujourd’hui des centaines de fromages aux techniques d’affinages variées et issus de la plupart des régions de la province.


Retrouvez notre sélection de fromageries montréalaises.


02 - LE SIROP D’ÉRABLE
Il est le symbole par excellence du Québec, qui en est le plus gros producteur au monde. Le sirop d’érable n’est plus cantonné à la simple « cacanne » achetée au temps des sucres. Il est biologique, issu de certains
versants seulement d’arbres vieux de 100 à 300 ans et dont la sève transformée selon des méthodes traditionnelles bénéficie d’un triple filtrage, comme c’est le cas sur le domaine Desève : notre bon vieux sirop et devenu un ingrédient choisi par les plus grands chefs internationaux sur leur table.

03 - LE CANARD DU LAC-BRÔME
C’est l’un des premiers produits du terroir que l’on retrouvait sur les tables, même lorsque la gastronomie québécoise était moribonde dans les années 1970 et 1980. De bonne qualité, constant, gourmand, le canard du Lac-Brôme est apprécié de toutes les générations. Il s’est également adapté
à la demande et se décline à présent en une gamme qui va de la fondue chinoise au confit, en passant par la tourte.

04 - LE CRABE DES NEIGES
Il est attendu de pied ferme chaque printemps par une armada de connaisseurs qui ont hâte de se régaler de la chair de ses immenses pattes. Parce que le crabe des neiges, en plus d’être l’un des plus gros spécimens
connus de son espèce, est aussi l’un des meilleurs au monde. Pêché principalement en Côte-Nord, en Gaspésie et aux Îles de la Madeleine, il grandit entre un sol rocailleux et une eau potable d’une extraordinaire fraîcheur venue du Labrador qui lui confèrent son goût inimitable.

05 - LE CIDRE DE GLACE
Créé en 1989 par Christian Barthomeuf, ce produit aurait pu rester dans l’ombre des vins de glace ontariens. Pourtant, il a rapidement fait sa marque et séduit de nombreux consommateurs. Tout comme le vin, cet élixir obtenu par cryoconcentration (on cueille les pommes gelées à même les pommiers au mois de janvier) ou cryoextraction d’une grande variété de pommes a des caractéristiques propres à chaque cidriculteur qui en
produit. Un goût unique et polarisant, à découvrir absolument !


Les classiques de demain


Certains produits, transformés ou non, commencent à apparaître sur les tables et devraient se démarquer au cours des prochaines années.

06 - L’HUILE DE TOURNESOL
Largement consommée en Europe, à l’image des huiles de chanvre ou de cameline, l’huile de tournesol est encore mal représentée au Québec, qui lui préfère l’huile de soja. Pourtant, il s’en produit d’excellentes, à l’image de celle du Moulin des Cèdres, un projet un peu fou importé pièce à pièce par trois frères français. Ces
derniers produisent de superbes farines non blanchies et une huile pressée à froid qui nous livre tous les arômes du grain à la dégustation. Un régal.


07 - LES PRODUITS SAUVAGES
Le Québec a la chance d’être une terre à la fois forestière et maritime qui jouit d’un climat particulier. On y trouve en abondance une grande variété de champignons, d’algues et d’herbes sauvages, une richesse que les Québécois apprécient de plus en plus à leur juste valeur, même s’ils n’en connaissent généralement qu’une fraction. Sous l’impulsion de cueilleurs-vulgarisateurs comme François Brouillard, des Jardins
Sauvages, les chefs ont pour leur part mis ces produits au menu depuis une vingtaine d’années, et ils commencent à utiliser des algues comme la laitue de mer et la laminaire. Un univers en pleine expansion.

08 - LES PETITS FRUITS
Airelles du Nord, chicoutai, argousier, camerise… Des noms poétiques qui désignent les petits trésors sucrés ou
acidulés que recèle le Québec. Moins considérés dans cette province que dans l’ouest du Canada, où ils ont un statut de vedette, les petits fruits du Québec éclosent dans les foyers, après avoir conquis nombre de chefs et d’artisans de bouche. On les retrouve souvent déclinés dans des confitures, des produits fins – et dans les assiettes.

09 - LES POISSONS DE LACS
Le Québec compte plus d’un million de lacs sur son territoire. Une aubaine pour les adeptes de pourvoiries, mais étonnamment pas pour le grand public, qui méconnaît bien des espèces de poissons présentés à l’étal. Toutefois, si l’aquaculture de lac, en plein essor, parvient à être opérationnelle à l’année, peut-être les poissons de lac deviendront-ils un jour plus populaires que le saumon. Les paris sont ouverts !

10 - LE GIBIER SAUVAGE
Si on considère souvent le Québec comme une terre d’exception pour la chasse, il est surprenant d’apprendre
que la portion de gibier sauvage qu’on y consomme est nettement inférieure à celle de pays européens. Il s’agit en réalité moins d’une question de goût que d’une régulation qui interdit, par exemple, de
vendre de la viande d’orignal à un commerce, ou encore d’apprêter du castor.
Mais les temps changent et beaucoup de pressions, notamment des chefs, pourraient faire pencher la balance.



Textes : Sophie Ginoux