BoireStyle

Boire local : l'érable dans nos verres !

En matière d’alimentation saine, la chasse aux mauvaises habitudes cible en particulier le sucre. Mauvaise nouvelle pour les très addictives boissons gazeuses ? C’est sans compter sur les dernières innovations québécoises… À l’érable bien sûr ! 


Avec la multitude de produits aux arômes artificiels que l’on trouve  dans les rayons, la tendance vers un retour à des produits authentiques, les plus naturels possible, a quelque chose de rassurant. Dire que les boissons gazeuses à l’érable sont entrées en scène sur le marché  québécois pour des raisons strictement liées à la santé serait toutefois un raccourci peu  crédible. Il faut bien se l’avouer, même moins caloriques que d’autres produits pétillants, elles n’en restent pas moins des gourmandises. 

La nostalgie en bouteille 
Parce que certaines mauvaises habitudes sont associées à d’agréables moments de la vie, il n’est pas toujours facile de s’en débarrasser. Prenons le fameux Coca Cola. Pour certains, il rappelle les saveurs de l’enfance. C’est la bouteille qui accompagne la pizza du vendredi soir, celle de la soirée cinéma en famille ou de la terrasse à la fin d’une chaude journée d’été, ou encore celle du rhum and coke du temps des fêtes. Quand les bons souvenirs nous rattrapent, difficile d’être raisonnable. Un compromis acceptable est-il possible ? Julie Lefebvre, spécialiste en aliments du Québec et propriétaire du café-boutique Lefebvre et filles Bouchées de Bonheur à Verdun, explique que bien qu’elle n’ait pas introduit les boissons gazeuses à l’érable dans son établissement à la demande de sa clientèle, une fois le produit entré en boutique, il a très rapidement été adopté. Selon elle, même les clients qui font des choix alimentaires éclairés achètent à l’occasion des boissons gazeuses à l’érable. Julie Lefebvre souligne également qu’avec la tendance foodie s’est développé un véritable engouement pour la gastronomie dans lequel le « bien boire » a pris une place importante. Quant à la vogue du rétro, elle semble s’appliquer aussi aux boissons, or, finalement, quoi de plus rétro côté boissons que le cola ? Rien que le mot évoque les affiches  publicitaires de notre enfance. Les compagnies qui réinventent le Coca-Cola ont bien compris cette attraction et ont opté pour un look qui rappelle ces années  dorées, avec des petites bouteilles en verre couronnées de capsules en métal, comme avant.

Boire (plus) naturel et local 
La compétition avec les grandes marques internationales n’a pas empêché plusieurs entreprises québécoises de se lancer dans la fabrication de boissons gazeuses locales, à partir d’ingrédients du terroir québécois. S’il existe des boissons gazeuses aux saveurs de toutes sortes, pourquoi pas ne pas en avoir une représentative du Québec et de ses traditions ? Or, ne cherche-t-on pas constamment à réinventer le sirop d’érable – véritable pépite de notre  terroir –, à le faire briller sous toutes ses formes ?  Côté cuisine, on utilise l’érable pour remplacer le sucre chaque fois que cela est possible, mais on crée également des produits qui en sont  dérivés comme des bonbons, des glaces ou des alcools. Alors pourquoi pas les boissons  gazeuses ? 

Au Québec, deux grandes compagnies ont saisi cette opportunité, 1642 Cola et Bec Cola. Elles produisent des boissons qui diffèrent par leur goût et leur composition, mais se rejoignent sur un point : vous offrir des bulles alternatives et responsables  aux saveurs de l’or blond du Québec.


Les colas à l’érable 

Bec Cola : Un cola sans caféine qui se reconnaît à ses notes herbacées et se distingue par ses cinq composants naturels et biologiques : sirop d’érable, sucre, caramel, acide citrique et essence de cola. 

Cola 1642 : Produit à partir d’ingrédients du terroir québécois selon une recette artisanale, il se distingue de son concurrent par une note plus sucrée. C’est également celui qui s’approche le plus de la saveur des boissons gazeuses des marques célèbres.